X
Bientôt fans, merci !
Pourquoi pas vous ?
Facebook J'aime Paris 1

Institut d'Histoire de la Révolution Française (IHRF)

 

IHRF-IHMC
(UMR8066, CNRS/ENS/Paris 1)

 

Fondé en 1937 à l’initiative de Georges Lefebvre, l’Institut d'Histoire de la Révolution Française est rattaché à l’UFR d’Histoire (09) de l’Université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne.
Présentation complète

 

17, rue de la Sorbonne

Esc. C, 3e étage

75005 Paris

Opens window for sending emailCourriel IHRF

Vous pouvez aussi nous suivre sur notre page facebook

 

Chargé de communication

Opens window for sending emailAlexis Darbon

 

Bibliothèque

La bibliothèque ouvrira à partir du 1er septembre, sur RdV uniquement.

Lundi et mardi : 14 h – 17 h 30
Mercredi : 9 h 30 – 13 h | 14 h – 17 h 30
Jeudi : 9 h 30 – 13 h
Vendredi : 9 h 30 – 13 h | 14 h – 16 h
 

Thomas Corpet

Tél. : 01 40 46 33 70

Opens window for sending emailbiblio.ihrf@univ-paris1.fr

Accès direct à la bibliothèque

 

   
   

IHRF - Institut d'histoire de la Révolution française

[Séminaires 2020-2021 de l'IHRF]

Les programmes suivants du premier semestre pour les séminaires de Master 1 et 2 de l'IHRF sont désormais en ligne : 

Séminaire de Master 1 (S1) – Chantiers de l'histoire de la Révolution française

Séminaire organisé par Frédéric Régent et Pierre Serna

Séminaire de Master 1 (S1) – Sources et matériaux de l’histoire de la Révolution et de l’Empire

Séminaire de méthode organisé par Virginie Martin, Guillaume Mazeau, Frédéric Régent et Côme Simien

Séminaire de Master 2 / Doctoral (S1) – En faisant, en écrivant la révolution

Séminaire IHRF-IHMC / IUF, organisé par Colin Jones et Pierre Serna

 

 

[Appel à communications]

L’ère de la révolution (1789-1848) : perspectives de recherche

Naples, 15-16 avril 2021

Ces journées d’études, adressées aux doctorants et aux jeunes chercheurs, entendent promouvoir un débat multi-thématique et croisé, afin de prendre en compte le phénomène révolutionnaire dans toute sa complexité. Comment se constituent les relations entre républiques, monarchies, empires et colonies, organismes étatiques si éloignées les unes des autres ? Quels principes et modèles ont inspire le débat constitutionnel et, plus généralement, les procès politiques d’alors et lesquels ont vu le jour a ce moment-la ? À quels genres de transformations institutionnelles et administratives l’État moderne a dû faire face entre révolutions et restaurations ? Quelles sont les conséquences économiques des événements révolutionnaires ? Quelle sorte d’impact ont-ils eu sur le panorama culturel, religieux, artistique et symbolique et quel type de réponse ont-ils donné a ces sollicitations ? Enfin, a la lumière des études disponibles et des recherches en cours, peut-on parler d’ère des révolutions ?

Les participants devront préparer un résumé précédé de leur nom et du titre de l’intervention (maximum 2000 caractères les espaces inclus) et un bref profil biographique (maximum 500 caractères les espaces inclus) en une seule fiche Word ou Pdf. Le fichier doit être envoyé au plus tard le 31 octobre 2020 a l’adresse électronique etadellarivoluzione2021@gmail.com. Le résultat de la sélection sera communique au plus tard le 30 novembre 2020 aux participants. L’organisation se rend disponible a financer les frais de transport et d’hébergement des participants qui ne disposent pas de fonds alloués a cet effet par leurs propres institutions.

Pour plus de détails, Initiates file downloadvoir l'appel complet (.pdf, 4,3 Mo)

[Revue]

La Révolution française – 18 | 2020

Le numéro 18 | 2020 de La Révolution française, les Cahiers de l'Institut d'Histoire de la Révolution Française est paru aujourd'hui sur OpenEdition Journals.

Dirigé par Pierre Serna, il comporte un dossier intitulé « Que dit Michel Vovelle aux Doctorant·e·s de 2020 ? », basé sur leur journée d'études « Mémoire et héritages de Michel Vovelle, qu’en disent les doctorants en 2019 ? » du 16 novembre 2019, à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, avec des contributions de Cédric Démare, Henri Vignolles, Côme Simien, Solenn Mabo, Guillaume Debat, Marcello Dinacci, Benedetta Piazzesi ; un varia de Matthieu Magne ; deux comptes rendus de lecture de Boris Cattan, Paolo Conte ; et une position de thèse de Laurent Cuvelier. 

[Archives parlementaires]

Archives parlementaires – Mise en ligne de cinq volumes supplémentaires sur Persée

Quatre nouveaux volumes des Archives parlementaires de la Révolution française, correspondant aux tomes 28 à 32 (du 6 juillet au 30 septembre 1791), sont en ligne sur Persée.

Fruit d'un long travail d'édition électronique en partenariat avec la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne, l'Institut d'histoire moderne et contemporaine – Institut d'histoire de la Révolution française et Persée, ils permettent des recherches poussées grâce à un balisage fin du texte et à une indexation des intervenants.

 Le corpus en ligne est désormais le suivant : tomes 1 à 33 et tomes 96 à 102. Il couvre donc toute la période de la Constituante et une partie de la Convention.

Plus d’informations sur le projet d’édition numérique de la BiS avec Persée et l’IHRF-IHMC. 

[Soutien aux mobilisations]

Motion du comité de rédaction de la revue La Révolution française

Solidaire de tous·tes les travailleur·euse·s en lutte, opposé à la réforme des retraites et à la loi de programmation pluriannuelle de la recherche, qui s'accompagne d'une profonde perversion des missions de l'enseignement supérieur, de la destruction des statuts, de la liquidation d'un Capes digne de ce nom et de la déqualification profonde des métiers de l'enseignement secondaire. le comité de rédaction de la revue La Révolution française rejoint la mobilisation en cours dans l’enseignement supérieur et la recherche ainsi que l’appel des travailleur·euse·s du numérique.

[Soutien aux mobilisations]

Motion de l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (UMR 8066)

Les membres de l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (IHMC), réunis en Assemblée générale le mardi 21 janvier 2020, appellent à la mobilisation contre les projets de publication d’une nouvelle Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR). Ces projets ont pour effet, dans la continuité des dynamiques antérieures, de fragiliser davantage le monde de la recherche et de l’enseignement supérieur selon une logique « darwinienne » et « inégalitaire » (A. Petit) : pilotage contraint et centralisé de la recherche ; affectation des moyens soumis à des indicateurs de performance des unités et des personnels ; remise en cause des fonctions du Conseil national des Universités, de la collégialité́́ de l’évaluation par les pairs ; remise en cause du statut des enseignant·es-chercheur·ses et des chercheur·ses avec la disparition de la référence aux 192 HETD ; amplification de la contractualisation et de la précarisation dans l’ESR avec le CDI de projets, etc. qui affecteraient en premier lieu les BIATSS et ITA, mais aussi les chercheur·ses et enseignant·es- chercheur·ses, titulaires comme précaires (…). Cette réforme généralise la précarité́, renforce la logique managériale et anéantit la liberté́ d’étude et de recherche. Cette réforme s’inscrit dans un processus plus large de démantèlement de l’ensemble de nos services publics et de réduction drastique des pensions, qui annonce par ailleurs la remise en cause de la logique de solidarité nationale et l’allongement des carrières.

Face à ces menaces, les membres de l’IHMC tiennent à réaffirmer avec force les principes incontournables pour garantir, dans le cadre du service public de l’ESR, le bon fonctionnement et le rayonnement de leurs missions de recherche et d’enseignement. Soucieux de préserver une université ouverte à tous et de lutter contre toutes les formes de précarité des personnels, ils affirment leur attachement aux statuts pérennes des enseignants-chercheurs, des enseignants et des chercheurs et s’opposent au développement de toutes les formes de contractualisation. Ils réaffirment la nécessité de trouver les moyens pérennisés pour permettre la création de postes de titulaires et la revalorisation des traitements de l’ensemble des personnels. Les membres de l’IHMC s’opposent avec conviction à toutes les formes de libéralisation et de marchandisation de la recherche et de l’enseignement liées aux injonctions des appels à projets, qui méconnaissent nos libertés académiques. Ils affirment encore leur volonté de défendre les cadres nationaux de qualification et d’évaluation et s’opposent à la modulation des services.

L’AG invite l’ensemble des membres de l’UMR à rejoindre les mobilisations nationales en cours en participant aux actions et manifestations et à annuler ou reporter les journées d’étude et colloques qui ont lieu les jours de mobilisation. Les membres de l’IHMC s’engagent à boycotter systématiquement toutes les instances qui participent à la précarisation de la recherche et la mise en concurrence des chercheurs ».

La motion est votée à l’unanimité des membres présents et des représentés.


La Révolution française

La revue électronique
de l'IHRF

 
Depuis 2012 l'équipe
des enseignants chercheurs
de l'IHRF-IHMC a construit
une nouvelle revue électronique
portant sur la Révolution française
et les révolutions dans le monde
entre 1770 et 1820

 

 
Archives parlementaires

L'IHRF-IHMC participe
avec la BIS et Persée
à la numérisation nouvelle
des 102 volumes des archives
parlementaires existants

 

 
Collection Baudoin

L'IHRF-IHMC a été co-porteur
du projet "REV-LOI",
financé par l'ANR,
qui a permis de numériser
tous les décrets
et toutes les lois
des trois premières assemblées,
à partir de la collection Baudouin.

 

 
Fonds Vovelle

Depuis 2014, Michel Vovelle
a fait don à l'IHRF-IHMC
et à l'Université de Paris 1
de son fonds de plus
de 2 500 ouvrages
sur la Révolution

 

 

Outils pédagogiques