X
Bientôt fans, merci !
Pourquoi pas vous ?
Facebook J'aime Paris 1

Enseignement » Outils et matériaux pédagogiques » Les romans et BD » La Rose de Versailles - Lady Oscar

Institut d'Histoire de la Révolution Française (IHRF)

 

IHRF-IHMC
(UMR8066, CNRS/ENS/Paris 1)

 

Fondé en 1937 à l’initiative de Georges Lefebvre, l’Institut d'Histoire de la Révolution Française est rattaché à l’UFR d’Histoire (09) de l’Université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne.
Présentation complète

 

17, rue de la Sorbonne

Esc. C, 3e étage

75005 Paris

Opens window for sending emailCourriel IHRF

Vous pouvez aussi nous suivre sur notre page facebook

 

Chargé de communication

Opens window for sending emailAlexis Darbon

 

Bibliothèque

Lundi et mardi : 14 h – 17 h 30
Mercredi : 9 h 30 – 13 h | 14 h – 17 h 30
Jeudi : 9 h 30 – 13 h
Vendredi : 9 h 30 – 13 h | 14 h – 16 h
 

Thomas Corpet

Tél. : 01 40 46 33 70

Opens window for sending emailbiblio.ihrf@univ-paris1.fr

Accès direct à la bibliothèque

 

   
   

La Rose de Versailles - Lady Oscar

La Rose de Versailles :

un manga révolutionnaire

 

Présentation de la série


La Rose de Versailles : un manga révolutionnaire


Trente ans ! C’est le temps qu’il aura fallu à Oscar et André pour retrouver leur langue maternelle : 1972 est l’année de naissance du manga en version japonaise ; 2002, celle de sa sortie en version française.


Certes, le trait n’est plus tout jeune : il est impossible de ne pas voir la marque du temps sur le dessin de Riyoko Ikeda. Mais il est aussi facile de constater que l’émotion est restée intacte : des personnages à la fois fictifs et réels, des pages débordant de sentimentalisme, de romantisme et de tragédie, une période de l’Histoire de France que le monde entier connaît...


Au Japon, le manga fut publié pendant 82 semaines : du printemps 1972 à l’automne 1973. Aujourd’hui encore, il est considéré comme le "manga pour jeunes filles" par excellence. Il marqua toute une génération, il bénéficia d’une popularité immédiate, et celle-ci est incroyablement stable depuis 30 ans. Pour beaucoup de Japonaises, le premier contact avec la France et sa culture se fit par l’intermédiaire du manga "Versailles no Bara". Il suffit, pour s’en convaincre, de se rendre au Château de Versailles et de poser simplement, aux visiteuses japonaises, la question suivante : "Connaissez-vous Oscar François de Jarjayes ?". Vous aurez certainement droit à la réponse : "Oui, mais je préfère André ?". Certains Japonais vont même jusqu’à dire que les classes de cours de français ne seraient pas composées à 90% de jeunes filles, si Riyoko Ikeda n’avait pas écrit ce manga !


Six ans après la fin de la parution du manga "Versailles no Bara", le dessin animé éponyme fut diffusé sur la chaîne Nihon TV, du 10 octobre 1979 au 3 septembre 1980 : 40 épisodes passionnants, qui renforcèrent la popularité des amoureux révolutionnaires. (présentation de l’éditeur)


Riyoko Ikeda, dessinatrice, scénariste


Riyoko Ikeda est née à Osaka, au Japon. Elle a toujours aimé le dessin, au point d’interrompre ses études de littérature et de philosophie, à l’université de Tokyo Kyoiku.


En 1967, elle fait ses débuts de mangaka avec « Bara Yashiki no Shôjo » ("La Jeune Fille de la Demeure des Roses"). Cinq ans plus tard, "Versailles no Bara" ("La Rose de Versailles"/ "Lady Oscar"- dans la v.f. :) est publié dans "Shûkan Margaret", hebdomadaire de mangas pour jeunes filles. "Versailles no Bara" connaît alors un énorme succès, et il est vite proposé sous diverses formes : dessin animé, opérette, film cinématographique...


Après avoir choisi la Révolution française comme toile de fond de son récit, Riyoko Ikeda s’intéresse à la Révolution russe, et commence un nouveau manga : la publication d’"Orpheus no Mado" ("La Fenêtre d’Orphée") débute en 1981. C’est un manga qui vaudra à l’auteur d’être lauréate du 9e Prix d’Excellence de l’Association japonaise des Auteurs de Mangas.


A partir de 1982, la créatrice de "Lady Oscar" élargit son champ d’action. Elle commence à écrire des articles de fond pour des magazines "grand public", comme l’"Asahi Journal" : on peut y lire l’opinion de l’auteur sur la condition des femmes, ou encore son point de vue sur des faits historiques marquants.


En 1999, elle décroche un nouveau diplôme en sortant de la prestigieuse Université de Musique de Tokyo. Depuis, elle parcourt le Japon, accompagnée du pianiste Hiroshi, et elle remplit les salles de concert. (présentation de l’éditeur)

 

 

 

Lady Oscar. Volume 1

 



- Riyoko Ikeda
- La rose de Versailles : Lady Oscar
- Volume 1
- Kana
- Collection : Shojo Kana
- 2002 (traduction française)

France, au printemps 1770, l’archiduchesse Marie-Antoinette, fille de l’impératrice d’Autriche Marie-Thérèse de Habsbourg, se marie à 14 ans avec un Bourbon, le futur Louis XVI. La dauphine est protégée à tout instant par le capitaine de la garde royale, Oscar François de Jarjayes, qui n’est autre que la fille cadette d’une respectable famille de soldats. Un jour, alors que Marie-Antoinette se rend à un bal masqué à l’opéra, elle y fait la rencontre d’un gentilhomme suédois, Axel de Fersen et en tombe amoureuse. Ils ont tous les trois 18 ans leur rencontre va, à jamais, bouleverser le cours de leur existence.



 

 

 

Lady Oscar. Volume 2

 

 

 

- Riyoko Ikeda
- La rose de Versailles : Lady Oscar
- Volume 2
- Kana
- Collection : Shojo Kana
- 2002 (traduction française)

Rien ne va plus pour le peuple de France !! Les jeux sont faits : le peuple meurt de faim et l’Etat court à la faillite. La foule gronde et un certain 14 juillet 1789 approche à grand pas. Dans cette période de chaos, André et Oscar parviendront-ils à s’avouer leur amour malgré tout ?


 

Lady Oscar. Volume 3

 

- Riyoko Ikeda
- La rose de Versailles : Lady Oscar
- Volume 3
- Kana
- Collection : Shojo Kana
- 2005 (traduction française)

La Rose de Versailles 3, ce sont quatre petites histoires ayant pour fil rouge la jeune nièce d’Oscar, Loulou de la Rolancy :

- Loulou et la poupée qui l’accompagne : Loulou trouve, un jour, une très belle poupée mais on tente plusieurs fois de la lui dérober.
- Le fils du général de Jarjayes : Maurice, un jeune garçon, arrive un jour chez les Jarjayes et affirme être le fils du père d’Oscar à la grande surprise de celle-ci !
- Le pirate turc et la religieuse : La main coupée d’une femme serrant une bague sertie d’une émeraude est retrouvée dans une malle, sous un pont. Loulou mène l’enquête dans un couvent !
- L’élixir du Diable : Le tout-Paris parle d’un mystérieux élixir fabriqué par Ebella et qui soignerait bien des maux. Mais ce remède est-il vraiment miraculeux ?