X
Bientôt fans, merci !
Pourquoi pas vous ?
Facebook J'aime Paris 1

Enseignement » Outils et matériaux pédagogiques » Les vidéos et DVD » Danton

Institut d'Histoire de la Révolution Française (IHRF)

 

IHRF-IHMC
(UMR8066, CNRS/ENS/Paris 1)

 

Fondé en 1937 à l’initiative de Georges Lefebvre, l’Institut d'Histoire de la Révolution Française est rattaché à l’UFR d’Histoire (09) de l’Université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne.
Présentation complète

 

17, rue de la Sorbonne

Esc. C, 3e étage

75005 Paris

Opens window for sending emailCourriel IHRF

Vous pouvez aussi nous suivre sur notre page facebook

 

Chargé de communication

Opens window for sending emailAlexis Darbon

 

Bibliothèque

Lundi et mardi : 14 h – 17 h 30
Mercredi : 9 h 30 – 13 h | 14 h – 17 h 30
Jeudi : 9 h 30 – 13 h
Vendredi : 9 h 30 – 13 h | 14 h – 16 h
 

Thomas Corpet

Tél. : 01 40 46 33 70

Opens window for sending emailbiblio.ihrf@univ-paris1.fr

Accès direct à la bibliothèque

 

   
   

Danton

 

 

 

Danton, 1982 de Andrzej Wajda, avec Gérard Depardieu, Wojciech Pszoniak...

 

Paris, printemps de l’An II (1794). La France depuis septembre 1793, est plongée dans la Terreur. Danton, un député montagnard et l’un des leaders de la Révolution, revient à Paris dans l’espoir de mettre un terme à la Terreur, mais il se heurte au Comité de Salut Public, gouvernement révolutionnaire collégial qui dirige la France, avec comme principales figures : Robespierre et Saint-Just. Danton trouve des appuis parmi les députés : Desmoulins, journaliste qui, dans son journal Le Vieux Cordelier, lance des attaques contre le gouvernement, Delacroix et Philippeaux. Dans la nuit du 9 au 10 germinal an II (29-30 mars 1794), le Comité de Salut Public, en accord avec le Comité de Sûreté Général, chargé de la police et de la justice, décrète d’arrestation les quatre députés. Robespierre en personne vient défendre à la Convention le décret d’arrestation qui est finalement voté à l’unanimité. Ils sont jugés, puis guillotinés après un procès expéditif le 16 germinal an II (5 avril 1794). Le film d’Andreï Wajda respecte, dans ses grandes lignes, les événements historiques. Mais à y regarder de plus près, le réalisateur polonais, qui restitue avec une grande justesse les décors, nous parle surtout de la Pologne de 1982 et du communisme.